Conseils

Des conseils pour savoir comment acheter sa voiture d’occasion

L’achat d’une voiture d’occasion à un professionnel (et plus encore à un particulier) requiert de prendre quelques précautions juridiques mais aussi techniques car les recours sont difficiles.

L’acquisition d’une voiture d’occasion engendre forcément des coûts d’entretien un peu plus onéreux ; il est donc important de bien préparer son achat, en ayant quelques notions sur les règles de transaction, mais aussi quelques repères techniques pour ne pas se retrouver en possession d’une brouette pétaradante, doublée d’un gouffre financier.

Alors qu’elles sont les conditions d’achat d’une auto d’occasion, Quelles sont les points à vérifier : l’entretien et la carrosserie.

Les conditions générales d’achat d’une auto occasion

Les professionnels de l’automobile

Les garagistes et les concessionnaires vendent des véhicules d’occasion à des prix souvent plus élevés que la cote de l’occasion, mais ils proposent normalement des véhicules révisés par leurs soins et accompagnés souvent d’une garantie contractuelle de 3, 6 mois ou un an, comprenant pièces et main d’œuvre valable chez tous les concessionnaires de la marque.

Entre particuliers

C’est un usage répandu en France : les voitures d’occasion passent de main en main, entre particuliers.

L’acheteur doit donc prendre quelques précautions :

    • L’identité du vendeur : Traiter avec un non-professionnel présente le risque de n’avoir aucun recours en cas de problème. Il est donc essentiel
  • d’identifier le vendeur avant de procéder à la vente (comparez les noms et adresse de la carte grise et de la pièce d’identité) et de s’assurer qu’il sera possible de le retrouver, si besoin est, après la transaction.

N.B : Si vous achetez votre voiture d’occasion sur Internet, attention aux réponses farfelus du style « la voiture est en Angleterre, Allemagne etc. ; donnez moi votre adresse, votre état civil et on l’amène à votre domicile après un premier versement. »

La qualité du véhicule : Il faut savoir qu’en dépit du fait que le vendeur soit responsable des vices cachés, il est difficile de procéder à un recours contre un particulier. Celui-ci, par essence même et contrairement à un professionnel, peut faire valoir sa bonne foi en raison de son ignorance par rapport à la technique. Pour minimiser les risques, il faut donc reconstituer l’historique du véhicule. Ce qui peut se faire à partir du carnet d’entretien et des factures. Les mentions à exiger lors de l’achat :

L’achat d’un véhicule d’occasion, qu’il soit vendu par un professionnel ou un particulier, est encadré par le décret 78-993 du 4 /10/1978 relatif à l’information publicitaire et aux mentions obligatoires du contrat de vente.

Lors de la transaction, il ne faut pas partir tant que vous n’avez pas la carte grise barrée et la fiche de vente remplie et signée. Ce document mentionne :

    • – la dénomination du véhicule (marque, type, modèle ou variante du modèle, version) ;
  • – l’indication du mois et de l’année de première mise en circulation. En plus de la carte grise, il faut demander un certificat de non-gage pour être sûr que la voiture n’a pas été volée.

Remarque : Lors de l’achat, la voiture d’occasion peut parfois être préparée, c’est-à-dire que le kilométrage du véhicule ou les performances sont modifiés. Dans ce cas, la voiture ne correspond plus aux caractéristiques initiales du constructeur. La voiture ne peut plus rouler et la carte grise non délivrée. Les recours de ce genre de vice caché se fait auprès du juge de proximité, si le préjudice subi ne s’élève pas au-dessus de 5000 euros, sinon, il faut porter plainte au niveau du tribunal d’instance.

Les points à vérifier lors de l’achat de l’auto :

Les pneus

Leur usure doit être uniforme sur toute la largeur. Autrement, cela signifie que le train avant nécessite, au minimum, un réglage. Inspectez les flancs et la profondeur des rainures (au minimum de 2 mm). Bien râpés, ils sont à changer : vous pouvez négocier une remise égale au prix des pneus (ayez quelques tarifs en tête). N’oubliez pas de vérifier l’état de la roue de secours.

Les suspensions

Testez les amortisseurs en pompant sur le capot. Celui-ci doit remonter doucement et progressivement. Avec des amortisseurs lymphatiques, il remonte d’un coup et rebondit. Ce qui implique une visite chez le garagiste.

La carrosserie

Les éraflures : Inspectez l’auto sous toutes ses coutures : la carrosserie en dit long sur son âge et son état. Si elle affiche quelques rayures ou bosses, cela peut vous permettre d’acheter une voiture saine à un meilleur prix. Selon la gravité des dégâts et le type d’auto, vous pouvez alors demander une ristourne (5 à 10%) sur la cote d’occasion.

Le moteur

Un moteur de diesel émet plus de bruit que celui d’essence. Allumez la voiture pour écouter le bruit du moteur, Qu’il soit essence ou diesel, le bruit doit être uniforme et peu bruyant, accélérez pour voir si une fumée noir ne se dégage pas derrière le pot d’échappement. S’il y en a, abandonnez l’achat.

Conduisez la voiture pendant quelques minutes pour voir comment elle se comporte. Pensez aussi à demander la date du changement de la courroie de distribution, dépistez les fuites d’huile, regardez si tous les feux fonctionnent, si les portes fonctionnement correctement etc.

La rouille :

Traquez la corrosion, les retouches et les traces de peintures différentes. Regardez la surface du véhicule en jouant avec les reflets du soleil. Si elle est « celluliteuse », elle a peut-être été colmatée à la résine par un amateur. Baissez-vous et avec vos clés, cognez sur les bas de caisse ou sur les longerons, (de grandes lattes métalliques situées sur la longueur). Cette partie sensible peut être grignotée au fil du temps et se transformer en dentelle. Inspectez aussi l’intérieur en soulevant la moquette pour traquer les trous et les infiltrations.

Autres points

Détaillez le carnet d’entretien pour vous assurer que les révisions ont été faites à temps, notamment les vidanges. Vérifiez si les portes s’ouvrent, si le pneu de secours est présent, si la radio, la clim, les vitres fonctionnement correctement… Si, pour justifier une surenchère, le vendeur affirme avoir « refait l’auto à neuf », réclamez les factures. Examinez le procès-verbal de contrôle technique, obligatoire si la voiture a plus de 4 ans. Il doit dater de moins de 3 mois. Assurez-vous qu’aucune contre-visite n’est prescrite. Elle serait à votre charge.

Si tout est bon, vous pouvez commencer à remplir la feuille de cession.

Back to top